Bli medlem
Bli medlem

Du är här

2020-06-16

Arab Petroleum Investments Corporation (APICORP) : plus de 792 milliards de dollars d'investissements engagés et prévus pour 2020-2024 dans le secteur énergétique de la région MENA

APICORP / Mot-clé(s) : Autres
Arab Petroleum Investments Corporation (APICORP) : plus de 792 milliards de dollars d'investissements engagés et prévus pour 2020-2024 dans le secteur énergétique de la région MENA

16-Juin-2020 / 15:40 GMT/BST


COMMUNIQUÉ DE PRESSE

 

Arab Petroleum Investments Corporation (APICORP) : plus de 792 milliards de dollars d'investissements engagés et prévus pour 2020-2024 dans le secteur énergétique de la région MENA

 

Les investissements énergétiques engagés et prévus dans les Perspectives 2020-2024 d'APICORP (http://www.APICORP.org) s'élèvent à 792 milliards USD, une baisse de 173 millions USD par rapport aux 965 milliards USD investis en 2019-2023 ; Ce déclin est largement imputable à la triple crise survenue en 2020 : crise sanitaire de la COVID‑19, crise pétrolière et crise financière imminente ; Ces engagements sont tirés principalement par des investissements en Arabie saoudite, dans les Émirats arabes unis (EAU), en Irak et en Égypte ; En 2020, la part du secteur privé dans les investissements énergétiques est ramenée à 19%, contre 22% en 2019 ; En 2020 et 2021, le prix du baril de Brent devrait s'établir à 30-40 USD en moyenne, pour refléter ensuite un marché plus équilibré ; Les coûts d'investissement dans le secteur de l'énergie ont diminué d'au moins 20%, en particulier dans le secteur pétrolier et gazier, ce qui pourrait entraîner une vague de fusions-acquisitions.

 

APICORP (Arab Petroleum Investments Corporation), une institution financière multilatérale de développement, a procédé à des estimations selon lesquelles les investissements prévus et engagés dans la région MENA dépasseront 792 milliards USD au cours des cinq prochaines années (2020-2024). D'après le rapport Energy Investment Outlook 2020-2024 publié aujourd'hui par APICORP, ce chiffre est en baisse de 173 millions USD par rapport aux 965 milliards des perspectives quinquennales de l'an dernier.

 

Ce déclin général des perspectives d'investissement - qui concerne surtout les investissements planifiés - est en majeure partie imputable à la triple crise de 2020 : crise sanitaire de la COVID-19, crise du pétrole et crise financière imminente.

 

Malgré ces circonstances difficiles, les investissements engagés dans la région du CCG (Conseil de coopération du Golfe) ont augmenté de 2,3% contre une baisse globale de 6% dans l'ensemble de la région MENA, ce qui témoigne d'un taux d'exécution des projets plus élevé dans la région CCG.

 

 

Les retombées de la triple crise de 2020

À la fin du premier trimestre 2020, la plupart des pays se sont trouvés confrontés au même dilemme s'agissant de la réponse à apporter à la crise sanitaire de la COVID-19 : choisir entre le maintien normal de l'activé et prendre le risque d'une mortalité massive, ou imposer un confinement strict pour contenir l'épidémie. Cette alternative difficile a conduit à des compromis non coordonnés d'un pays à l'autre. Toutefois, la reprise des déplacements et des échanges commerciaux exigera une coordination internationale.

 

En ce qui concerne la chute des prix du pétrole, conséquence d'une offre excédentaire aggravée par une contraction historique de la demande due à la pandémie de COVID-19, APICORP pense que cette situation devrait conduire à une restructuration du secteur pétrolier et du secteur connexe du gaz, à l'accélération de la fermeture des installations les moins efficaces, et à des fusions-acquisitions. Compte tenu des diverses forces à l'œuvre sur le marché, telles que les écarts de prix entre les qualités de brut et les différences entre le marché réel et le marché à terme, APICORP s'attend à ce que les prix moyens du Brent restent dans une fourchette de 30 à 40 USD en 2020 et 2021 avant un retour à un marché plus équilibré.

 

Le troisième volet est une crise financière potentielle ; cette éventualité se manifeste par une crise mondiale des liquidités qui se confirme peu à peu parallèlement à la perte de valeur d'un nombre croissant d'actifs financiers. Et le fait que les banques centrales et les institutions financières multilatérales redoublent d'efforts fait naître la crainte que ces plans de relance massifs ne créent d'énormes surendettements improductifs qui ralentiront la croissance économique.

 

M. Ahmed Ali Attiga, PDG d'APICORP, a déclaré : « L'impact de la pandémie de COVID-19 s'avère déjà plus profond et plus durable que les récessions passées. En effet, la nature de cette triple crise et la profonde restructuration du secteur pétrolier et gazier qui s'ensuivra affecteront les investissements énergétiques pendant une période potentiellement longue, ce qui pourra engendrer une pénurie de l'offre et la volatilité des prix. De ce fait, nous nous attendons à une reprise en forme de W pour la région MENA. En outre, bien que la numérisation et l'automatisation améliorent l'efficacité des chaînes de valeur, de nombreuses questions fondamentales restées en suspens affecteront négativement les investissements. Il est donc essentiel que le secteur privé et le secteur public collaborent à l'échelle internationale pour remédier aux déficits d'investissement qui s'annoncent. Dans ce contexte, APICORP continuera à jouer un rôle de premier plan en tant que partenaire financier de confiance du secteur énergétique de la région. »

 

Mme Leila R. Benali, économiste en chef, directrice stratégie, économie énergétique et durabilité chez APICORP, a expliqué : «

Författare APICORP

Tala om vad ni tycker

Tala om vad ni tycker

Ni är just nu inne på en betaversion av nya aktiespararna. Lämna gärna feedback på vad ni tycker i formuläret nedan.